Travail en hauteur - Partie 1

21-09-2020
Le risque de chute est présent dans tous les milieux de travail. Les conséquences d’une chute même de faible hauteur peuvent être fatales […]
Rédigé par :
Author
Karine Lafontaine, FCCQ
Ingénieur en hauteur dans une usine

En 2018, selon les données de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité de travail (CNESST), 15 personnes sont décédées d’une chute dans un milieu de travail au Québec1. Cela représente près du quart des décès survenus au travail.

D’ailleurs, les chutes de hauteur de plus de trois mètres sont ciblées par la politique de tolérance zéro de la CNESST. Pour en savoir davantage sur les tolérances zéro, consulter notre article Connaissez-vous les tolérances zéro de la CNESST

Pour bien contrôler les risques de chutes, débutez par une évaluation de votre milieu de travail, quels sont les endroits et les situations de travail qui représentent un risque. Selon le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST), tout travailleur doit être protégé contre les chutes de plus de 3 mètres (art. 33.1.1°). De plus, il faut penser à sur quoi pourrait tomber une personne, le RSST exige qu’un travailleur soit protégé d’une chute, peu importe sa hauteur s’il risque de tomber sur un liquide ou une substance dangereuse, une pièce en mouvement, sur un équipement ou des matériaux présentant un danger (art. 33.1.2°).

Ensuite, élaborez un plan pour éliminer ou contrôler le risque de chutes. Faites participer les travailleurs et les gestionnaires qui effectuent les tâches à risque, le comité paritaire ou le représentant à la prévention, s’il y a lieu. La mesure de prévention à privilégier est la modification de la position de travail pour exécuter le travail à partir du sol ou d’une surface sans risque de chute (RSST, art. 33.2.1°). Par exemple, exécuter le maximum d’opération au sol pour ensuite faire l’assemblage en hauteur. Le temps d’exposition à une chute se trouve alors réduit. 

Certes, le travail en hauteur ne peut être éliminé totalement. Dans le cas où un travailleur effectue une tâche en hauteur, il faut préconiser une protection collective, telle l’installation de garde-corps pour empêcher la chute d’un travailleur (RSST, art. 33.2.2°), avant la protection individuelle (harnais de sécurité). Lorsque l’aménagement du lieu ne permet pas la fabrication d’une plate-forme permanente munie de garde-corps, privilégier l’utilisation d’une plate-forme de travail élévatrice ou d’un échafaudage, cette surface de travail est plus stable qu’une échelle ou un escabeau pour réaliser une tâche.

La planification est primordiale pour l’élimination des dangers et le contrôle des risques en milieu de travail. Lors de l’achat d’un nouvel équipement, il faut inclure la SST dans les critères d’achat. Avant l’installation d’un nouvel équipement, il faut réfléchir aux tâches et à l’entretien qui seront faits. Il faut songer à une façon de faire le travail au sol ou dans le cas où c’est impossible, prévoir une protection collective (p. ex. : garde-corps) lors de la conception

Contenu supplémentaire

Voici quelques exemples de modification d’équipement ou de tâche:

  • Prévoir un remplissage de matière automatique ou au sol pour un équipement;
  • Installer une plate-forme munie d’un garde-corps si un accès sur le dessus d’un équipement est requis;
  • Choisir des équipements qui nécessitent moins d’entretien pour diminuer la fréquence d’exposition à une chute;
  • Opter pour des tubes qui ont une durée de vie plus longue pour les luminaires afin d’éviter un changement trop fréquent.

Vous avez mis en place des mesures pour prévenir la chute chez les travailleurs et un risque est toujours présent, le travailleur devra porter un système antichute (harnais et liaison antichute) relié à un système d’ancrage pour arrêter la chute s’il tombe (RSST, art. 33.2.4°). Lisez la partie 2 Protection contre les chutes pour en apprendre davantage sur le sujet.


1. CNESST (2019). Statistiques annuelles 2018, Tableau 7.13, p. 107: https://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/200/Documents/DC200-1046web.pdf
Quelques références utiles 
CNESST (2019). Chutes de hauteur : danger de chute de hauteur de plus de 3 mètres.
Publication Québec, RSST (Règlement sur la santé et la sécurité de travail), Chapitre S-2.1, r. 13, Loi sur la santé sécurité du travail