Un guide valorisant l’inclusion et l’épanouissement des femmes ingénieures

27-01-2022
L’Ordre des ingénieurs du Québec lance un guide pratique proposant des solutions concrètes et inspirantes pour freiner les obstacles à l’embauche et la rétention des femmes en génie.
Rédigé par :
Author
Annie Bourque, Pratiques RH
Ordre des ingénieurs du Québec, femmes en génie, femmes

L’ordre professionnel compte seulement 15 % de femmes parmi ses 65 000 membres qui œuvrent au sein de grandes entreprises, dont des PME, firmes de génie-conseil, municipalités, universités, etc.

Ces ingénieurs évoluent dans différents secteurs, dont la construction, l’environnement, l’énergie, l’agroalimentaire, l’aérospatiale et les sciences biomédicales. 

Cette donnée illustre une réalité québécoise, mais aussi pancanadienne et mondiale, précise Kathy Baig, présidente de l’Ordre des ingénieures du Québec. 

Plusieurs raisons expliquent ce faible engouement. D’abord, la méconnaissance de la profession. « On associe souvent le monde des ingénieurs aux moteurs ou aux ponts alors que les ingénieurs travaillent partout, notamment dans le milieu biomédical ou en environnement », explique Mme Baig.

Absence de modèles

Les jeunes adolescentes choisissent souvent une profession en observant la passion d’une mère ou d’une cousine pour son métier. Or, en génie, elles manquent cruellement de modèles auxquels s’identifier.

« De plus, les jeunes qui ont un peu moins de facilité en mathématiques ne pensent pas être capables de devenir ingénieures ou ingénieurs, alors que c’est possible », ajoute Mme Baig.

Contenu supplémentaire

Ambassadrices de la profession

Afin de contrer ce phénomène, l'Ordre a lancé plusieurs initiatives pour faire la promotion de la profession auprès de jeunes filles, avec l’aide de membres bénévoles.

Des ingénieures deviennent des ambassadrices de la profession en visitant les écoles secondaires et les cégeps. Elles démystifient cette profession dont le salaire annuel moyen avoisine les 105 000 $ .* À l’université, celles qui choisissent le génie peuvent être jumelées avec des ingénieures, qui agissent comme mentores.

* Source: http://www.oiq.qc.ca/Documents/public/Etude_OIQ_Faits_saillants_Profil_Ing_2021.pdf

Enjeux et défis 

Le guide de l’Ordre, lancé à la mi-janvier, veut sensibiliser les gestionnaires et dirigeants d’entreprise aux enjeux des ingénieures et leur fournir des pistes d’action afin de favoriser un milieu plus inclusif. 

Parmi les défis, on note la discrimination rapportée par 45 % d’entre elles durant leur carrière. Cette statistique s’explique par des traitements discriminatoires liés à l’obtention d’une promotion, occasions d’embauche, ou avantages monétaires autres que le salaire. 

Dans certaines entreprises, par exemple, les ingénieures ont parfois plus de difficulté à faire valoir leurs concepts, explique la présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec. Surtout, elles doivent travailler fort afin de démontrer leur compétence. 

« Quand on change d’organisation, de poste et de fonction, il arrive qu’on doive travailler encore plus fort qu’un homme pour démontrer notre crédibilité », ajoute Mme Baig qui a vécu cette situation. 

En tant que présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec, Mme Baig souhaite contribuer à régler les problèmes liés à la discrimination et au harcèlement.

« Pour y arriver, il faut non seulement encourager les jeunes femmes à choisir le génie comme carrière, mais aussi veiller à leur bien-être une fois sur le marché du travail. Les employeurs jouent un rôle clé pour leur permettre de se réaliser pleinement.

Par l’entremise de ce guide, nous espérons les aider à continuer sur cette lancée », conclut-elle. 


En savoir plus 

Femmes en génie – Guide de l’employeur pour un milieu de travail plus diversifié, inclusif et faits saillants du guide. 

À lire prochainement sur Pratiques RH l’article portant sur les pistes de solution pour favoriser l’inclusion des femmes.