Coopérative forestière Petit Paris - Lauréat du Mercure en SST

19-11-2020
Coopérative forestière Petit Paris a remporté le prix Santé et sécurité au travail, catégorie PME, lors du 40e Gala Les Mercuriades […]
Rédigé par :
Author
Karine Lafontaine, FCCQ
Pratiques RH, bonnes pratiques, SST et mieux-être, Lauréat du mercure SST, Cooperative Forestiere Petit Paris

Coopérative forestière Petit Paris est une Coopérative des travailleurs, qui comptent 135 membres, est spécialisée dans l’aménagement forestier et la valorisation de la fibre dans une perspective durable La Coopérative possède également certaines filiales qui complètent son offre de service. Parmi celles-ci, Produits Forestiers Petit Paris qui est un complexe de sciage de bois d’œuvre comptent environ 100 travailleurs.

Contenu supplémentaire

Note :Travailleurs de la Coopérative lors d’une formation

 

La Coopérative a développé une stratégie santé et sécurité en cinq volets pour ses employés, sous-traitants et fournisseurs. La coopérative a misé sur la prévention pour réduire presque à zéro les blessures subies sur ses chantiers.

Cette initiative, mise en place entre 2013 et 2016, a débuté par la création d’un département SST qui relève directement des opérations. L’objectif premier de cette démarche visait une prise en charge de la SST pour l’organisation.

Quelques années plus tard, les résultats de ce virage SST se remarquent par une baisse des cotisations à la CNESST de l’ordre de 60 %. Une meilleure gestion de l’assignation temporaire a aussi permis la diminution des cotisations. Lors de l’assignation temporaire, les travailleurs sont davantage dans leur poste de travail, les tâches sont adaptées en fonction des recommandations émises par le médecin traitant.

Voyons quelques exemples pour chacun des cinq volets de cette stratégie :

1. Engagement et soutien de la haute direction

  • Révision et communication de la politique SST
  • Intégration de la SST au système de gestion existant 

2. Participation de tous les travailleurs

  • Implication des travailleurs dans l’identification et l’évaluation des risques, ainsi que la détermination des moyens de maîtrise
  • Révision des comités de santé et sécurité pour les impliquer davantage. Par exemple, participation aux enquêtes et analyses d’accidents, implication dans la révision des politiques SST

3. Responsabilisation des employés et des gestionnaires

  • Révision des rôles et responsabilités en SST de la direction, du personnel de supervision et des travailleurs
  • Établissement de plans d’action adaptés aux différents groupes d’emplois
  • Mise en place de rencontres hebdomadaires SST pour les contremaîtres et surintendants
  • Intégration de la SST dans le comité de gestion mensuel et dans la revue de direction annuelle
  • Révision des besoins en formation et mise à jour des activités de formation

4. Mise en application d’un programme de prévention

  • Analyse complète de chaque poste de travail afin d’établir les dangers, d’évaluer les risques et de déterminer les moyens de maîtrise
  • Révision du processus d’enquête et d’analyse d’accident pour s’assure de mesures correctives et préventives efficaces
  • Révision des procédures pour les situations d’urgence (p. ex. : évacuation d’un travailleur en région éloignée)

5. Évaluation de la performance de l’entreprise en SST

  • Mise en place d’un système d’audit
  • Établissement d’un seul registre de suivi des actions pour gérer les écarts découlant des comités SST, des enquêtes et analyses d’accident, de non-conformités émises, des inspections
  • Adoption d’indicateurs de performance pour s’assure de l’efficacité des mesures (p. ex. : taux de fréquence, nombre de cas et jours indemnisés, jours d’assignation temporaire, respect des échéanciers)

L’équipe SST formée d’un surintendant et de deux coordonnatrices a dû faire face à de nombreux défis lors de l’implantation de la stratégie. Il s’avère difficile d’encourager l’adoption de bonnes pratiques pour des tâches dont le potentiel de risque est plus faible. Selon eux, il importe d’impliquer les travailleurs afin que ceux-ci soient partie prenante des améliorations à mettre en œuvre. De plus, afin d’influencer la perception du risque, les coordonnatrices SST assurent une présence régulière sur le terrain.

Le surintendant SST & Environnement, David Boivin, encourage les entreprises à s’inspirer de leur initiative. Il rappelle que le succès de la démarche dépend de l’adhésion de la direction et que le cœur de la démarche repose sur la responsabilisation des acteurs en SST.

Pour en savoir plus sur Les Mercuriades ou pour soumettre votre candidature. Cliquez ici.